Les drones suspendus par le Conseil d’État

Les drones de la Préfecture de police de Paris resteront cloués au sol jusqu’à nouvel ordre. Lundi 18 mai, le Conseil d’État a estimé que les images recueillies pourraient être exploitées selon « un usage contraire aux règles de protection des données personnelles ».

Les drones ne pourront redécoller qu’après publication d’« un texte réglementaire, pris après avis de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) ».

De son côté, la CNIL a annoncé, dans un communiqué, être en train de procéder à « des contrôles auprès du ministère de l’Intérieur concernant l’usage de drones dans plusieurs villes ».

Le préfet Didier Lallement, qui a systématisé le recours aux drones pour la surveillance des manifestations, devra donc patienter.