Arrêt de la centrale de Fessenheim : la réunion où tout peut partir en vrille

Une voix peut faire basculer la décision

Ce qui va se passer jeudi 6 avril, au siège d’EDF, ferait assurément le bonheur d’un réalisateur de blockbuster et autres thrillers. Suspense garanti. Ce jour-là, dans l’après-midi, se tiendra un conseil d’administration qui pourrait devenir historique à plus d’un titre. Les administrateurs doivent voter la « demande d’abrogation de l’exploitation » de la centrale. Entendez l’autorisation d’arrêter la plus vieille installation de production d’électricité nucléaire de France, entrée en service en 1978.

Si la proposition faite au conseil d’administration est adoptée, celle-ci sera transmise à la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Ségolène Royal qui prendra aussitôt un décret d’abrogation d’autorisation d’exploitation . . .


 

Cet article est réservé aux abonnés. Nous vous offrons cinq jours d'abonnement gratuit à Horizon Durable, sans engagement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à votre compte pour continuer la lecture