Les néonicotinoïdes, ces tueurs d’abeilles

Un éventuel assouplissement de l'interdiction des néonicotinoïdes ainsi que l'envisageait lundi 26 juin, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, aurait pu avoir de lourdes conséquences. Car plus de 20 années d'utilisation de cet insecticide ont sérieusement porté atteinte à l'apiculture française et à la biodiversité. Le recadrage de l'intéressé par Nicolas Hulot, suivi par celui de Matignon a été bienvenu.

On l’oublie trop souvent, sans les abeilles, le cycle de la vie végétale connaîtrait un ralentissement qui, à terme, menacerait toutes les espèces animales, y compris l’homme. 80 % des plantes à fleurs sont en effet pollinisées grâce aux abeilles. En butinant, l’insecte transfère le pollen de la partie mâle de la plante jusqu'à sa partie femelle. 30 % du . . .


 

Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez vous abonner en cliquant sur ce lien.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à votre compte pour continuer la lecture