Des jardins publics sans pesticides, c’est possible et c’est moins cher

Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités ont interdiction de pulvériser des produits chimiques, pesticides, fongicides et herbicides, dans l’espace public. C’est l’une des mesures phares de la loi sur la transition énergétique comme l’a rappelé, mercredi 19 avril, Ségolène Royal, la ministre de l’Environnement, à l’occasion de la présentation du bilan de son application.
L’enjeu est de taille. En 2016 encore, ce sont près de 6 000 tonnes de phytosanitaires qui ont été utilisées par les collectivités.
Mais voilà, nombre de communes, malgré l’obligation que leur en fait désormais la loi, traînent des pieds. Ce qu’elles redoutent par-dessus tout, ce sont les surcoûts entraînés par le recours . . .


 

Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez vous abonner en cliquant sur ce lien.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à votre compte pour continuer la lecture