L’homme qui transforme les déchets en œuvres d’art


Cet artiste crée des œuvres avec les déchets plastiques et compose un univers floral dont la poésie le dispute au réalisme.

Sous ses doigts, les sacs plastiques se transforment en fins pétales nervurés et les vieux cordages deviennent des étamines. William Amor est un spécialiste de l’upcycling ou plutôt un « ennoblisseur de matières ». Il récupère des matériaux en fin de vie, bouts de cuir, PVC, vieux plumeaux et filets de pêches pour créer un nouvel herbier empreint de poésie.

Des fleurs qui durent 450 ans

Découpés au chalumeau, colorés, astucieusement chiffonnés, ces déchets se métamorphosent en Méconopsis Plasticus Invador, une espèce proche du Pavot Bleu de l’Himalaya ou en Rosa Plasticae Antica, une nouvelle variété de roses aux pétales impérissables. Qui pourrait, en effet, imaginer que ces corolles à l’allure si fragile durent 450 ans ?

William Amor @horizondurable
La Clematis-petroliferus-Azurea une des oeuvres de William Amor

Son espace de création installé au cœur des Ateliers de Paris, une pépinière d’artisans et de designers soutenus par la Ville de Paris, regorge aussi de Prunus Petrochimica, d’Iris Germanica Plasturgia ou de Cosmos Industria Moderne. Passionné depuis sa tendre enfance par la botanique, l’artiste donne à ses créations des noms savants aux consonances chimiques pour délivrer un message. C’est sa manière à lui d’alerter sur le gaspillage, la pollution et de sensibiliser au respect de l’environnement.

Habiller les intérieurs

À ce jour, William Amor a reproduit plus d’une vingtaine d’espèces déclinées en de multiples variétés. Ses « créations

William Amor @horizondurable
Lit de Rosa plasticae

messagères » telles qu’il les a nommées deviennent des fleurs d’ornements pour la mode et le design et habillent les intérieurs. William Amor conçoit également des « Fleurs Signatures » pour les marques en revalorisant leurs propres déchets matières comme des chutes de cuir, de métal, d’étoffes précieuses, de moquettes, de textiles techniques.

S’il estime que l’homme est indissociable de la nature, William Amor n’en oublie pas pour autant sa dimension sociale et citoyenne. Il s’entoure de personnes en situation de réinsertion pour l’aider à produire ses installations. Enfin, il invite chacun de nous à participer aux actions de dépollution et à la protection environnementale en ramassant ou en collectant des déchets. Des conteneurs sont disponibles aux Ateliers de Paris, rue du Faubourg Saint-Antoine et dans le concept store Front de Mode, rue Volta dans le 3e arrondissement.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*