Michèle Rivasi : « Il faut être à 45% d’énergies renouvelables en 2030 »

©Horizon durable

Michèle Rivasi est députée européen Verts/EFA. Avec Claude Turmes, elle est co-rapporteur du Règlement sur la gouvernance de l’Union de l’énergie. Autrement dit, du document qui fixe les objectifs de l’Union européenne en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Ce texte fera l’objet d’amendements pendant l’été puis sera soumis au vote en novembre 2017. La Commission européenne s’en saisira alors. La version finale devrait être adoptée avant la COP 24 qui doit se tenir en Pologne à la fin de l’année 2018.

Le document ne manquera pas de faire parler de lui. Car il recommande de réviser à la hausse les objectifs définis jusqu’ici pour lutter contre le réchauffement climatique. Michèle Rivasi s’en explique ici :

Vous voulez porter la part des énergies renouvelables en 2030 à 45 %. Pourquoi ce chiffre ?

Notre objectif commun, c’est d’être en 2050 à zéro émission de CO2 et 100 % d’énergies renouvelables. Nous disons que pour l’atteindre, il faut que nous soyons sur une pente qui nous porte, en 2030, à 45 % d’énergies renouvelables. C’est ça qui permettra de diminuer les gaz à effet de serre et de parvenir à l’indépendance énergétique.

On va proposer ce rapport aux parlementaires. Et puis après, on aura les négociations entre les États membres…

Est-ce que vous pensez que les États vont vous suivre là-dessus ?

Il faut savoir ce qu’on veut. Regardez les canicules qu’on a vécues. Il y a une accélération du processus.

Il va falloir être plus ambitieux que la loi sur la transition énergétique et les accords de Paris. Et pas seulement en France, mais au plan européen avec des plans d’action. On verra s’il y a cohérence avec 2050

Soit on reste petits et, alors, on va être de plus en plus soumis à des aléas climatiques terribles. D’une part notre santé va en souffrir, d’autre part notre économie va en pâtir.

Soit on est ambitieux et on en sort gagnant. 40 % d’efficacité énergétique et 45 % d’énergies renouvelables, c’est de l’emploi en plus. On lutte également contre la précarité énergétique, on joue sur l’indépendance en n’étant plus obligé d’importer des énergies fossiles. Enfin on réindustrialise l’Europe, parce qu’on est très bons sur les énergies renouvelables.

C’est ça, les enjeux. C’est le projet européen qui est porté par ce paquet énergie.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*