PET opaque : la bouteille de lait écolo est enfin recyclable

La nouvelle bouteille de lait se voulait écologique. Mais elle s’était révélée non recyclable. Un comble ! Horizon durable avait raconté l’ histoire de ce naufrage industriel voici trois mois. Un naufrage en passe de n’être plus qu’un mauvais souvenir.

Tout commence en 2014. Les industriels introduisent sur le marché de nouvelles bouteilles de lait plus fines, plus brillantes et sans opercule d’aluminium. Résultat, un gain de poids, de consommation d’eau, d’électricité et de matière plastique. Le secret de cette avancée : un nouveau matériau, le PET opaque. Ce plastique plus léger – la bouteille pèse jusqu’à 30 % de moins qu’une bouteille classique – est opacifié dès sa conception. Ce qui permet de l’utiliser directement comme contenant alimentaire. Il représente aujourd’hui un peu plus de 10 000 tonnes sur les 450 000 tonnes de bouteilles et flacons commercialisés chaque année.

Seulement voilà, au fil des années on s’est aperçu que le matériau miracle présentait un sérieux problème. Il ne pouvait être mélangé qu’en faible quantité avec les autres emballages alimentaires dans les centres de tri. Au-delà de 15 % de PET opaque dans la résine, les fibres de plastique recyclé deviennent cassantes et donc impropres à une réutilisation. Bref, le nouveau matériau, malgré ses réelles qualités environnementales, s’est révélé totalement contre-productif.

Au printemps dernier, les ONG se sont alarmées et ont lancé des appels au boycott. Ségolène Royal, peu avant de quitter son ministère, a instauré un malus, applicable en 2018, contre les industriels qui utiliseraient du PET opaque sans prévoir un dispositif de recyclage adapté.

Mais les choses sont en train de changer. Pression des consommateurs et des pouvoirs publics d’une part, bonne volonté d’une partie des acteurs de la filière d’autre part, ont accéléré l’émergence d’une solution technique.

Au début du mois de juillet, le groupe Paprec, leader du recyclage plastique en France, et la laiterie LSDH, qui est aussi le premier conditionneur français de jus de fruits ont ainsi annoncé la naissance d’une entreprise qui recyclera en circuit fermé le PET opaque.

Une étape supplémentaire s’ajoutera au circuit classique du recyclage des emballages plastiques de l’usine Paprec de Limay (Yvelines). Les granulés résultant du processus seront réutilisés par LSDH pour fabriquer de nouvelles bouteilles (le laitier s’est fixé une proportion de 50 % de PET opaque recyclé par bouteille).  Le circuit est le suivant :

Montant de l’investissement : 4 millions d’euros dont 1 million a déjà été consacré à la recherche et au développement. Grâce à ce nouveau process, le PET opaque ne contaminera plus les autres résines plastiques et pourra être réutilisé. Sur les 12 000 tonnes de bouteilles en PET opaque, mises sur le marché chaque année, 2000 seront recyclées par ce biais. Le groupe Carrefour, qui s’intéresse à la démarche, a déjà annoncé qu’il commercialiserait les bouteilles recyclées.

« Il s’agit là d’un réel cercle vertueux, emblématique de l’économie circulaire complète que nous avons l’ambition de construire», explique Emmanuel Vasseneix, le président du groupe LSDH. Nous sommes en veille constante sur les innovations qui permettent de limiter l’impact sur l’environnement de nos activités. »

Seule inconnue, la réaction des consommateurs. La bouteille de lait en en PET opaque recyclé ne sera plus blanche et brillante, mais grise. Le département marketing du laitier estime que ce n’est pas là un obstacle majeur.

« Nous ferons de cette différence de couleur un avantage concurrentiel, explique-t-on dans l’entourage de la direction LSDH. Ce sera le symbole de notre engagement pour un développement durable. « 

D’ailleurs, quitte à ne plus être blanche, la bouteille de lait pourrait être d’une toute autre couleur. Verte, par exemple…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*