Retraites : un âge pivot en cache un autre

Édouard Philippe a donc retiré provisoirement – le mot est important – l’âge pivot du projet de réforme des retraites.

Enfin, pas vraiment. Avec le gouvernement, un train peut en cacher un autre comme on dit à la SNCF.

En effet, Il y a deux âges pivots dans le projet de Matignon.

Age légal de départ en retraite

Le premier devait être mis en place à partir de 2022.  Objectif,  faire glisser progressivement  l’âge de départ à 64 ans en 2027.

Cette disposition concernait les personnes qui ne seront pas touchées par le nouveau système à points.

Pour le gouvernement, il s’agissait de résorber par anticipation le déficit prévu par le rapport du Conseil d’orientation des retraites. Autour de 11 milliards.

C’est cet âge pivot – l’âge d’équilibre paramétrique en jargon gouvernemental – qui est retiré.

Age de retraite à taux plein

Mais il existe un second âge pivot dans l’usine à gaz concoctée par le gouvernement. Celui prévu par le système à points. Il concerne les générations nées en 1975 et après. Un système de décote les incitera à partir à l’âge de 64 ans, voire 65 ans.

Cet âge d’équilibre servira de variable d’ajustement au système, puisque la part des pensions ne pourra jamais dépasser 14% du Produit intérieur brut. C’est la nouvelle règle d’or. Chaque fois qu’il manquera de l’argent, on repoussera donc l’âge de départ à taux plein.

Cet âge pivot – l’âge d’équilibre systémique – lui, n’est pas retiré du texte.

Bref, encore un de ces jolis tours de passe-passe dont le gouvernement a le secret.