Scission écolo en vue à LREM

Ce n’est plus une érosion, c’est une hémorragie. La République en marche a perdu cette semaine trois députés. Trois députés qui viennent s’ajouter aux deux qu’elle avait perdus au cours des quinze jours précédents.

Dernier en date, Cédric Villani, député de l’Essonne et candidat à la mairie de Paris contre le candidat macroniste officiel, Benjamin Griveaux.

Hier soir, le bureau exécutif du parti présidentiel « a acté que Cédric Villani n’était plus membre de La République en marche ». En clair, il est exclu.

Dimanche soir, le président de la République l’avait reçu à l’Élysée, officiellement pour l’inviter à se rapprocher de Benjamin Griveaux. En fait, pour lui demander de se retirer. En vain.

Une alliance Villani-écologistes ?

Cédric Villani mise désormais sur une alliance avec les écologistes pour l’emporter. Faut-il y voir un signe : le mathématicien vient de recevoir l’appui d’Isabelle Saporta, la compagne de Yannick Jadot. 

Cette dernière soutenait jusqu’alors Gaspard Gantzer, l’ancien conseiller de François Hollande qui n’a jamais réussi à percer…

Second départ de la République en marche, volontaire, celui-là, la démission, lundi, de Paula Forteza.

Députée des Français établis hors de France, Paula Forteza est candidate dans le XIXe arrondissement de Paris sur la liste de Cédric Villani. Tiens donc…

Politiques brutales

Voici ce qu’elle écrit dans une lettre adressée à ses collègues :

« J’ai le sentiment que nous nous replions sur nous-mêmes et que nos politiques sont perçues par nos concitoyens comme brutales. La verticalité du pouvoir n’est non seulement pas souhaitable, mais désormais inopérante. Ne pas se rendre à l’évidence, c’est laisser place à l’escalade de la violence, à la banalisation de la colère, au recours à des lois dangereuses pour l’équilibre de nos institutions. »

Troisième départ de la semaine, mardi, celui de la députée de Haute-Savoie Frédérique Lardet, qui n’a pas obtenu l’investiture de LREM à Annecy.

Le parti macroniste a préféré  soutenir le maire sortant Jean-Luc Rigaut, pourtant encarté à l’UDI. 

Une attitude que Frédérique Lardet a qualifiée de « schizophrène » dans la presse locale.

Deux autres députés parisiens de LREM sont dans le collimateur de la direction : Hugues Renson qui est  vice-président de l’Assemblée nationale et Anne-Christine Lang. Leur crime ? S’être rallié à Cédric Villani et faire sa campagne.

Anne-Christine Lang s’attendait d’ailleurs mardi à être exclue en même temps que le mathématicien dissident.

Bientôt un groupe écolo ?

Dans les prochaines semaines, un nouveau groupe parlementaire pourrait bien rassembler les députés qui ont claqué la porte de LREM – pas loin de quinze – et ceux qui se présentent comme l’aile gauche de LREM. Une scission, quoi !

Reste à savoir s’il y a un espace politique entre le PS et la République en marche…